Aire de dialogues - Pr Michel Sempé

 

L’eau libre et l’eau liée

 

Je ne savais pas que l'eau se présentait sous deux formes dans l'organisme humain : l'eau liée et l'eau libre ou circulante. J'ai trouvé l'explication sur plusieurs sites tout en cherchant le pourcentage d'eau dans le corps humain.

Voici ce que j'ai trouvé pour le pourcentage d'eau dans le corps humain : Sur le site CNRS.fr sur le thème de l'eau : La quantité moyenne d’eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d’eau pour une personne de 70 kilogrammes. La teneur totale en eau du corps humain dépend de plusieurs facteursElle est fonction de la corpulence : plus une personne est maigre, plus la proportion d’eau de son organisme est importante. Elle dépend également de l’âge : elle diminue avec les années, car plus les tissus vieillissent, plus ils se déshydratent, l’eau étant remplacée par de la graisse. Le corps humain est composé à 65 % d’eau pour un adulte, à 75 % chez les nourrissons et à 94 % chez les embryons de 3 jours. Le poids des organes d’un être humain Compte tenu de ce qui précède, peut-on estimer la part respective des principaux organes ? Ce sont généralement des données d’autopsie d’adulte ne pouvant y associer l’environnement. Le cerveau a un poids moyen de 1.400 à 1.800 g, le cœur normal pèse 250 g chez la femme, 300 g chez l'homme, les poumons (500 g pour le droit. 300 g pour le gauche : les  2 lobes, pèsent environ 1 kg, Le foie est l’organe le plus volumineux du corps humain, il pèse environ 1,5 kg, la rate : 200 g environ, les reins (au nombre de 2, 10 cm de haut et 12 cm de large, 3 cm d’épaisseur), pèsent environ 150 g. Le total, approximatif bien sûr, est de 4,7 à 5 kg chez l’adulte et il est donc inférieur à 10 % du total de ce qui constitue la mécanique humaine qui sans ces organes n’existerait pas ; de plus, il ne faut jamais oublier que notre croissance est partie de 0 g, 0 mm : on ne saurait mieux se persuader que sans le qualitatif, le quantitatif « pèse » peu.

La taille des membres d’un être humain

Par ailleurs, les membres supérieurs sont-ils vraiment moins longs que les membres inférieurs ?

La réponse ne peut être très précise car je n’en connais pas la série des valeurs depuis la naissance jusqu’à la fin de l’adolescence. De plus, la mesure n’est pas très aisée et les résultats connus sont souvent fragmentés depuis ses repères jusqu’au sol ou jusqu’au siège. Ainsi, pour une taille moyenne de 170 cm, l’épaule se trouve à 139,5 cm du sol : le coude à 109,5 cm du sol, avec une différence de 30,0 cm pour le bras, le poing à 76,5 cm du sol, avec une différence de 33 cm pour l’avant bras ; il faut ajouter la longueur de la main de 19,0 cm = 30 + 33 + 19 = 82 cm. Une autre méthode donne une longueur du bras de 76 cm ce qui est excessif si l’on n’admet pas que le bras est ici le membre supérieur en entier ; la longueur du coude plus la main serait alors de 33,5 cm ce qui alors minoré. D’autres chiffres moyens sont donnés globalement mais en séparant les genres : pour le membre supérieur,68 cm chez les femmes, 75 cm chez les hommes, pour le membre inférieur féminin, 80 cm, masculin 84 cm. Si l’on sait d’expérience que le sommet des membres inférieurs n’est pas toujours le siège, il n’en devient que plus clair que les mesures restent approximatives et l’on peut répondre que les membres supérieurs sont certainement plus courts que les membres inférieurs, que les différences entre les genres sont probablement moindres pour le membre supérieur, que la longueur des membres inférieurs s’est probablement modifiée depuis peu de temps. En 1975, à la fin de l’ Étude Auxologique Française, le segment inférieur ou sigment mesuré par différence entre la taille totale et la taille du sujet assis, ce qui est la méthode la plus fiable, présente en fin de croissance chez les jeunes femmes, une médiane de 75,6 cm - 2,6 & + 2,4 écarts variants, chez les jeunes hommes, une médiane de 81,8 cm - 2,7 & + 1,7 écarts variants. Le moins que l’on puisse dire est, bien sûr, qu’au terme de leur développement physique la beauté des femmes et la prestance des hommes se jugera à bien d’autres critères et ce seral’harmonie résiduelle de tout un ensemble de constituants qui l’emportera et le contrôle au jour le jour de tous leurs mouvements parviendra à l’élégance.

 

Retour en haut de page

Page précédente -     Page suivante