Qu’est-ce que la sagittalité ?

Michel SEMPÉ - Olivier RAMPIGNON


Sagittal veut dire en forme de flèche.

Le plan sagittal est le plan vertical, perpendiculaire au plan vu de face (orienté selon la directionque prendrait une flèche tirée par l’observateur).

Comme il ne saurait être question de perforer thorax, bras ou jambe dont l’évolution du périmètre ou de la circonférence vient d’être analysée, il est néammoins possible de connaître le diamètre de ce cercle virtuel.

Certes un thorax est plutôt une ellipse, un bras ou une jambe ne sont pas et ne peuvent être parfaitement arrondis, il n’en demeure pas moins que leur forme ne sera pas fondamentalement détruite au cours du temps.

La formule permettant de connaître le diamètre à partir du périmètre et inversement le perimètre à partir du diamètre calculé, ce qui est fort utile, sera toujours la même et se calcule instantanément à notre époque.

L’ayant placée en mémoire, il suffira d’en rapprocher les chiffres obtenus. Sans insister plus voici le tableau des équivalences donnant quelques indications à gauche pour le périmètre, à droite pour le diamètre

 

Pour connaitre le rapport entre le diamètre et le périmètre, nous vous proposons deux solutions :

  • En utilisant la courbe ci-dessous :
 

rapport d  p graph

Tracez une droite horizontale à la valeur du pérmiètre mesuré puis à l'intersection de cette droite et de la courbe rouge, tracez une droite perpendiculaire à la droite horizontale ce qui vous donnera le diamètre. Vous pouvez faire le raisonnement inverse pour trouver le périmètre.

 

  • En téléchargeant la feuille de calcul qui se trouve ci-dessous (cliquez sur l'image ci-dessous pour télécharger la feuille de calcul) :

 

images

 

Le « volume » qu’occupe la croissance n’est-il pas plus respectable et parlant

que le contour que l’on attibue à un coefficient qui n’est autre que celui d’une planche ?

 

Par NONADIPOSE il sera entendu que les limites indiquées la circonscrivent de même que pour la nonmaigreur.

 


On verra par ailleurs qu'en partant des diamètres la même formule permet de connaître les dimensions des périmètres correspondant ce qui est un mode de vérification, souvent la seule manière de se représenter la circonférence en cause et de se servir d'une virtualité fondée à titre pédagogique.

 

Pour cela on se servira des quatre diamètres de l'Étude Auxologique Française des Épaules, des Hanche, du Coude et du Genou dûment mesurés et dont le périmètre fictif peut avoir une utilité. 

Mais ce sera dans une perspective uniquement volumétrique.

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 

AUXOMÉTRIE des Volumes

La Sagittalité et la Transversalité

IV. les Périmètres et les Diamètres VI.

 

Les mesures longitudinales (en long) sont soumises à la pesanteur qui agit directement sur la taille et ses segments ; en quelque sorte ils se construisent contre elle. Tous les coefficients utilisant le poids lui sont in fine soumis sans plus.

Il n'en est pas de même pour les mesures périmétriques, ni non plus pour les mesures diamétriques ; elles seules permettent une approche des dimensions de tout corps vivant, de ses structures relationnelles, de sa forme (μορφη).

[Μορφω Morphô « la Beauté » est le nom d'Aphrodite à Lacédémone (Sparte)].

Anatomiquement, l'impact identique et les directions vers lesquelles les circonférences tendent à se constituer, ni celles qui sont intrinsèquement liées au squelette,s'adresseront à autant de domaines visibles ou supposés. Leur répartition en insuffisance ou en excès apparaissent alors autonomes.

Bien sûr, la gravité (au sens de gravitation) s'exerce toujours mais elle sera limitée par toutes les structures musculo-membraneuses qui empêchent que l'émaciation ou l'adipose se généralisent ou « coulent » ou ruissellent.

Dès lors il faudrait multiplier les mesures à visée volumétrique, voire les examens les plus complexes pour explorer la composition interne du corps pour se faire une idée de toutes les dispositions ; il est bien évident que ce serait vain.

L'Étude Auxologique Française a choisi quatre contours et autant de distances : 

 

  • les périmètres qui sont d'accès cutané
    • crânien oucéphalique (et non encéphaliques !),
    • du thorax outhoracique, [ du buste, de la poitrine étant moins précis ],
    • du bras oubrachial à ses deux tiers inférieurs pour ne pas inclure le muscle,
    • de la jambeou jambier, plus exactement du mollet à son maximum ;
  • les diamètres qui sont d'abord osseux autant que possible
    • bi-accromialou des épaules dans un plan horizontal,
    • bi-iliaque oudes hanches sur le sujet debout abordé de face,
    • du coude ouépicondylo-épitrochléen qui en sont les saillies latérales,
    • du genou oubi-condylien qui en sont les masses osseuses limitatives.
  • Parmices huit mesures, le Périmètre Crânien est un cas très particulier car
    • son contour maximal est pratiquement osseux dans un plan un peu incliné,
    • son enveloppe cutanéo-dermique intervient de manière très faible,
    • son évolution en fait une référence beaucoup plus qu'un repère absolu.

Le tracé 71.2 montre clairement que les valeurs sont très régulièrement croissantes une fois la considérable expansion des neuf premiers mois s'étant régularisé [cf.chapitre IV].

amsr.f.7-cranien vol.doc_1     amsr.g.iv.07.12--cr.vol

En appliquant la formule utilisant la valeur en mm du périmètre crânien obtenu à 11 ans, il apparaît bien évident que le diamètre obtenu (aux environs d'un tiers) aura augmenté et va évoluer parallèlement mais à distance du périmètre d'où il est issu.Toutefois l'allure générale est remarquablement linéarisée avec la mise enévidence de la beauté (harmonie) de la configuration et de la conformationféminine ; la surveillance d'un diamètre l'emporterait-elle sur le contrôle de l'indispensable périmètre ?

 

p  d cranien

Retour au menu

Page précédenteChapitre V



 

 

La Sagittalité des trois Périmètres

Du Périmètre Thoracique à son Diamètre

 

Autant la régularité est nette de 1 à 13 ans [IV.81.2] passée la première année vitale qui est celle de l’expansion pulmonaire, autant la seconde adolescence s’accompagne-t-elle d’une ampliation du thorax. On ne peut se contenter du développement spécifiquement féminin de la mise en place tôt fonctionnelle de la glande mammaire puisque les garçons ont une évolution musculaire semblable. Ce simple calcul objective la très grande capacité respiratoire de la jeune fille.

 amsr.f.iv.81-thorax vol. 90_1 amsr.g.8-thoracique vol_1

En appliquant la formule utilisant la valeur en mm du périmètre thoracique obtenu à 11 ans, il apparaît bien évident que le diamètre obtenu [IV.88] (aux environs d’un tiers) aura grandi et ira évoluer à distance du périmètre d’où il est issu, mais aussi non parallèlement jusqu’à la fin de la tierce adolescence. De plus on note un entrecroisement qui est très caractéristique de cette mesure.

 

Toutefois l’allure générale de la progression des diamètres est remarquablement linéarisée avec un faible bombement lors de la seconde adolescence. A nouveau la question se pose :

la surveillance d’un diamètre l’emporterait-elle sur le contrôle de l’indispensable périmètre ne serait-ce que pour rassurer ?

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

 p  d thorax

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre Thoracique est de 664 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 850 mm environ, soit une différence de 180 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 680 et 890 = 210 mm.

 

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre Thoracique est de 211 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 271 mm environ, soit une différence de 60 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 217 et 283 = 66 mm.

 

Par ailleurs le tracé [IV.89] du Diamètre sagittal du Thorax des Filles et des Garçons est très semblable avec peut-être un infléchissement

un peu plus avancé de la part des Filles ce qui ne peut qu’accentuer l’intérêt du calcul ?

 

 

Le nombre d’Or de la NONADIPOSE du Thorax

 

chez les Filles et chez les Garçons à 11 ans

sera de la sorte circonscrit entre – et + 2 écarts variants ou σ ν

de 619 à 741 mm pour le périmètre mesuré féminin

de 630 à 737 mm pour le périmètre mesuré masculin

et

de 197 à 236 mm pour le diamètre calculé féminin

de 201 à 235 mm pour le diamètre calculé masculin

 

 

La Sagittalité des trois Périmètres

 Du Périmètre Brachial à son Diamètre

 

Le Périmètre Brachial n’a aucune régularité de 1 à 7 ans chez les Filles, 9 ans peut-être chez les Garçons [IV.91.2] passée la première année vitale qui est celle de l’acquisition motrice dont la plus spectaculaire est le redressement sur ses avant-bras allongés ; tout aussi remarquable est la longue période de latence qui va suivre. Ensuite les prime, seconde et tierce adolescences s’accompagneront d’une augmentation musculaire relativement modérée et plutôt stagnante chez les Filles.

 amsr.f.iv.09.12--br. vol bis_1      amsr.g.iv.09.12--br vol_1

 

Cependant on voit combien la diminution de la population suivie retentit sur la séquence des données ; il est donc certain que toute projection au-delà de 19 ans (dix-neuf ans est un maximum) n’est absolument pas recevable.

 

En appliquant la formule utilisant la valeur en mm du périmètre brachial obtenu à 11 ans, il apparaît bien évident que le diamètre obtenu [IV.98] (aux environs d’un tiers) aura grandi et ira évoluer à distance du périmètre d’où il est issu, mais aussi absolument pas parallèlement jusqu’à la fin de la tierce adolescence. De plus on note que l’entrecroisement à 11 ans n’est pas caractéristique de cette mesure.

 

Toutefois l’allure générale de la progression des diamètres est remarquablement linéarisée avec une très faible accélération lors de la tierce adolescence des Garçons qui obtiennent probablement le chiffre les plus exacts chez l’adulte. Ainsi, de nouveau, la question se pose :

la surveillance d’un diamètre l’emporterait-elle sur le contrôle de l’indispensable périmètre ne serait-ce que pour ne pas exagérer ?

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

p  d brachial 

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre Brachial est de 203 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 248 mm environ, soit une différence de 44 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 200 et 265 = 65 mm.

 

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre Brachial est de 65 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 79 mm environ, soit une différence de 14 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 64 et 83 = 19 mm.

 

Par ailleurs le tracé [IV.109] du Diamètre sagittal du Bras des Filles et des Garçons

est très semblable avec peut-être un infléchissement un peu plus avancé de la part des Filles ce qui ne peut qu’accentuer l’intérêt du calcul ?

 

Le nombre d’Or de la NONADIPOSE du Bras

 

chez les Filles et chez les Garçons à 11 ans

sera de la sorte circonscrit entre – et + 2 écarts variants ou σ ν

de 178 à 225 mm pour le périmètre mesuré féminin

de 179 à 231 mm pour le périmètre mesuré masculin

et

de 57 à 72 mm pour le diamètre calculé féminin

de 57 à 74 mm pour le diamètre calculé masculin

 

 

La Sagittalité des trois Périmètres

Du Périmètre Jambier à son Diamètre

 

Le Périmètre Brachial a un peu plus de régularité de 1 à 11 ans chez les Filles comme chez les Garçons [IV.101.2] passée la première année vitale qui est celle de l’acquisition motrice dont la plus spectaculaire est, bien sûr, le perfectionnement de la marche ; tout aussi remarquable est le moment relativement tardif de la poussée de croissance musculaire chez les unes et chez les autres. Ensuite la seconde adolescence s’accompagnera d’une augmentation musculaire relativement modérée et plutôt stagnante chez les Filles à leur grande satisfaction.

amsr.f.iv.10.12--ja. vol_1        amsr.g.iv.10.12--ja.vol_1

Cependant, là encore, on voit combien la diminution de la population suivie retentit sur la séquence des données ; il est donc certain que toute projection au delà de 19 ans (dix-neuf ans est un maximum) n’est absolument pas recevable.

 

En appliquant la formule utilisant la valeur en mm du périmètre brachial obtenu à 11 ans, il apparaît bien évident que le diamètre obtenu [IV.108] (aux environs d’un tiers) aura grandi et ira évoluer à distance du périmètre d’où il est issu, mais aussi non plus parallèlement jusqu’à la fin de la tierce adolescence. De plus on note que l’entrecroisement à 11 ans n’existe pas pour cette mesure.

 

Toutefois l’allure générale de la progression des diamètres est remarquablement linéarisée avec une très faible accélération lors de la tierce adolescence des Garçons qui obtienne probablement le chiffre les plus exacts chez l’adulte. Ainsi, encore, la question se pose :

la surveillance d’un diamètre l’emporterait-elle sur le contrôle de l’indispensable périmètre ne serait-ce que pour ne pas peiner ?

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

 p  d jambier

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre Jambier est de 285 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 343 mm environ, soit une différence de 58 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 283 et 368 = 75 mm.

 

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre Jambier est de 91 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 109 mm environ, soit une différence de 18 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 90 et 117 = 27 mm.

 

Par ailleurs le tracé [IV.99] du Diamètre sagittal Jambier des Filles et des Garçons est très semblable sans qu’il y ait un infléchissement.

On voit de la sorte que les calculs des Diamètres ne se superposent pas.

Le nombre d’Or de la NONADIPOSE de la Jambe

 

chez les Filles et chez les Garçons à 11 ans

sera de la sorte circonscrit entre – et + 2 écarts variants ou σ ν

de 262 à 309 mm pour le périmètre mesuré féminin

de 262 à 214 mm pour le périmètre mesuré masculin

et

de 83 à 98 mm pour le diamètre calculé féminin

de 83 à 100 mm pour le diamètre calculé masculin

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 

 

AUXOMÉTRIE  des  Volumes

La Sagittalité et la Transversalité

IV. les Périmètres et les Diamètres VI.

 

Comme il vient de l’être indiqué, le calcul du diamètre calculé correspondant au périmètre régulièrement mesuré lors de tout examen clinique, apporte une information qui lui est particulière.

L’infant, l’enfant, l’adolescent « parlent » et « discourent » à perte d’ouïe de et avec et pour leur corps, les marchands s’en sont bien aperçus mais souvent ne répondent qu’en se détournant vers leurs intérêts immédiats.

Or s’il est bien une demande sur le long terme que le jeune en croissance adresse à sa familles, à ses éducateurs, au personnel politique, c’est bien une revendication qui puisse le rassurer, donc des repères.

Se mesurer soi-même, à soi-même et aux autres ne relève que de lui ; dans certains cas il lui faudra bien accepter l’intervention d’autrui mais alors l’intermédiaire se doit d’être un interlocuteur (loquare parler).

Tout abord de son corps l’est de son esprit et de la relation qui les unit ; jamais il ne les décomposera et c’est ensemble qu’il assumera ce qu’il en est dit extérieurement même avec bienveillance.

Dès qu’il sait lire il peut se peser, ce n’est pas un acte médical. Sitôt qu’il verra bien qu’il grandit et qu’on l’en félicite ce sera avant tout une action familiale pour l’éduquer à ce sujet.

Par contre, si des doutes surviennent, si le comparatif perturbe, si, en fin de compte, l’inquiétude naît et surnage, alors il devient indigne de se contenter de ce qu’il sait.

Le poids, la taille sans le discours pacificateur et enrichissant deviennent une menace obscure comme dénigrante et comment prendre du recul ?

Finalement si le conseiller fait défaut, reste évasif, n’explique pas, il sera rapidement rejeté, méprisé ou ignoré car la question posée est constitutionnellement vitale.

  

Les statistiques étant impersonnelles, pratiquement que d’un moment, parce qu’elles sont figées, statiques, sans validité qui lui soit propre, ne sont d’aucune façon ce qui pourra sécuriser.

C’est pourquoi, les mesures proposées sont toutes accessibles et les parents, l’ami(e), le camarade à l’école ou sur le stade seront toujours l’intervenant attendu.

Parfaitement capable de s’approprier ce qui lui appartient, éminemment responsable de son propre développement qui n’est pas durable mais au contraire se renouvelle quotidiennement, alors il aura les moyens de se repérer.

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 


AUXOMÉTRIE  des  Volumes

La Sagittalité et la Transversalité

IV. les Périmètres et les Diamètres VI.

 

La Transversalité des quatre Diamètres

 

En appliquant la formule utilisant la valeur en mm d’un des périmètres mesurés à un âge quelconque, il apparaît bien évident que le diamètre obtenu (aux environs d’un tiers) grandira et ira évoluer à distance du périmètre d’où il est issu, mais aussi parallèlement ou non jusqu’à la fin de la tierce adolescence.

Qu’en est-il si la démarche est entreprise en sens inverse ?

 

Cette opportunité a un triple intérêt :

  • elle permet le contrôle de la démarche inverse,
  • elle autorise l’exploration de données autrement inaccessibles,
  • elle renvoie une projection de la réalité qui peut alors être mieux comprise.

 

L’Étude Auxologique Française a choisi  quatre distances  ou diamètres qui sont d’abord osseux autant que possible

  • bi-accromial ou des épaules dans un plan horizontal,
  • bi-iliaque ou des hanches sur le sujet debout abordé de face,
  • du coude ou épicondylo-épitrochléen qui en sont les saillies latérales,
  • du genou ou bi-condylien qui en sont les masses osseuses limitatives.

 

C’est donc un jeu auxo-ludique totalement virtuel !

 

N.B. : Ce texte aura été placé aussi en fin du chapitre IV car il peut inciter à poursuivre l’investigation des modifications corporelles, support de toute réflexion et en accompagnement de toute relation établie ou à établir. 

En fait, il a aussi sa place en fin du chapitre VI où il sera reproduit. 

Ici c’est une sorte d’apprentissage,

Là ce sera comme une sorte de bilan réjouissant.

 

Et, si une question se fait trop pressante, invasive, anxiogène,

le conseiller appréciera à sa juste valeur

l’apport subjectif qui mène à l’objectivité.

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 


La Transversalité des quatre Diamètres

Du Diamètre des Épaules à son Périmètre putatif

 

Le diamètre bi-Acromial est une mesure difficile chez l’infant et l’instrument doit être de petit modèle : ceci explique que les mesures disponibles soient peu fiables avant 2 ou 3 ans. Néanmoins le tracé à peu près complet a été établi [VI.141.1b] et il s’est révélé fiable au cours du temps ; cependant, sa distribution n’est pas très homogène et en cela ce n’est pas le meilleur modèle pour tester le calcul envisagé.

amst.f.14a.000-acromial vol_1     amst.g.14a.000-acromial vol_1

Il est donc assez remarquable qu’à partir d’un tracé du diamètre assez peu rectiligne, le « périmètre » reconstitué apparaisse, quoique totalement fictif, étonnamment linéarisé avec le «décrochage» féminin-masculin indiscutable. La faible accélération lors de la tierce adolescence des Garçons qui obtiennent probablement les chiffres les plus exacts chez l’adulte, se trouve remarquablement amplifiée par le périmètre supposé encore qu’à partir d’une mesure réelle : c’est le haut d’un fourreau.

De la sorte, l’interrogation est reprise en sens inverse :

 la surveillance d’un périmètre l’emporterait-elle sur le contrôle de l’indispensable diamètre ne serait-ce que pour le savoir ?

 

Ceci a son importance dans la mesure où ce diamètre semble avoir une valeur discriminative pour obtenir un morphotype suffisamment étayé. Voir Mouvances II.

 

Bien entendu ce « périmètre » ne peut correspondre à rien sinon, peut-être, à la projection sur le sol de la circonférence maximale du sujet que l’on ferait tourner à 360° : beaucoup seront étonnés que le volume ainsi déployé dépasse le mètre !

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

 p  d bi-acromial

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre bi-Acromial est de 297 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 355 mm environ, soit une différence de 58 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 300 et 396 = 96 mm.

 

En calculant quelle pourrait être l’étendue de la circonférence virtuelle,

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre bi-Acromial est de 933 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 1115 mm environ, soit une différence de 182 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 942 et 1244 = 302 mm.

 

Cet « encombrement » supérieur au mètre et surtout son éventuel « excès »

ou un « ratatinement » qui ne saurait être que tout à fait exceptionnel,

peuvent très éventuellement avoir un effet instructif chez un sujet

que l’on désespère voir se prendre en sa charge.

Tel est le premier enseignement de cette fantaisie circulaire.

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 

Du Diamètre des Hanches à son Périmètre expérimental

 

Le diamètre bi-Iliaque est une mesure facile à laquelle les sujets se prêtent volontiers à condition de leur expliquer son pourquoi. Le tracé est à peu près rectiligne à partir d’1 an [VI.142.1b] et il s’est révélé fiable au cours du temps ; cependant, sa distribution  traduit un entrecroisement tardif des Filles par rapport aux Garçons qui, rappelons-le, ont un contact osseux légèrement plus écarté.

 amst.f.14b.000-iliaque vol_1     amst.g.14b.000-iliaque vol_1

Il est donc assez remarquable qu’à partir d’un tracé d’un diamètre fort peu contrasté  lors de sa terminaison, le « périmètre » reconstitué apparaisse, quoique totalement fictif, étonnamment non linéarisé avec une accélération relativement courte et le «décrochage» féminin-masculin bien visible, mais que l’on s’attendrait à voir plus important : c’est le grand mérite des contacts osseux du compas.

 

Ceci a son importance dans la mesure où ce diamètre bi-Iliaque semble avoir, avec le diamètre bi-Acromial, une valeur discriminative pour obtenir un morphotype suffisamment étayé. Voir Mouvances II. Mais le périmètre bi-iliaque fixe dans tous les mouvements devient l’un des critères de l’harmonie telle l’empreinte moulante d’une robe longue étroite pour le soir.

 

D’un point de vue du praticien, il n’y a plus que le choix de mesurer les hanches :

 

la surveillance des périmètres du torse l’emporte parfois sur le contrôle des diamètres quoique, comme bien souvent, l’opposé soit vrai !

 

Bien entendu ce «périmètre» ne pourrait correspondre à qu’à une vaine mesure in situ et sans application pratique, sinon, peut-être, à la projection sur le sol de la circonférence maximale du sujet que l’on ferait tourner à 360° : beaucoup seront étonnés que le volume ainsi déployé n’atteint ou à peine le quart de mètre !

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

 p  d bi-iliaque

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre bi-Iliaque est de 220 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 273 mm environ, soit une différence de 53 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 217 et 282 = 65 mm.

 

En calculant quelle pourrait être l’étendue de la circonférence virtuelle,

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre bi-Iliaque est de 70 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 87 mm environ, soit une différence de 17 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 69 et 90 = 21 mm.

 

Ce « cylindre » qui ne saurait qu’être tout à fait imaginaire, peut très légitimement avoir la valeur d’un « déhanchement » tout à fait performant chez une personne qui a réussi à se prendre en charge et s’en voit harmonieusement récompensée.

 

Tel est peut-être la deuxième conséquence de cette danse d’auxence ?

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 

 

Du Diamètre du Coude à son Périmètre incertain

 

Le diamètre épiconylien-épitrochléen est une mesure facile à tous âges mais l’instrument devant être de petit modèle il n’est pas d’usage fréquent. De plus, le tracé à peu près complet ayant été établi [VI.143.1b] il s’est révélé fiable au cours du temps sauf entre 9 et 14 ans et particulièrement chez les Filles ; sa distribution n’est pas très homogène et en cela ce n’est pas le meilleur modèle.

 amst.f.14c.000-coude vol_1     amst.g.14c.000-coude vol_1

Il est donc un peu attendu qu’à partir d’un tracé du diamètre assez peu rectiligne, le « périmètre » reconstitué apparaisse à la fois fictif et peu interprétable.

 

On ne peut actuellement plus guère hésiter

la surveillance de ce périmètre ne l’emporte pas sur le contrôle de ce diamètre du coude sauf peut-être dans les suites d’un traumatisme.

 

Toutefois, à titre de comparaison , le « cylindre » hypothétique que fournit le calcul du périmètre du coude s’inscrit d’assez près avec celui de la largeur maximale de la paume de la main étendue et de ses quatre métacarpien, le pouce étant exclu ; cette « image » peut aider dans certains cas mites.

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

 p  d coudes

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre du Coude est de 17 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 19 mm environ, soit une différence de 2 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 18 et 22 = 2 mm.

 

En calculant quelle pourrait être l’étendue de la circonférence virtuelle,

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre du Coude est de 53 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 60 mm environ, soit une différence de 7 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 55 et 70 = 15 mm.

 

Ces quelques chiffres ont peut-être un réel intérêt esthétique ?

Retour au menu

Page précédenteChapitre V


 

 

Du Diamètre du Genou à son Périmètre consolant

 

Le diamètre bi-condylien est une mesure très facile à tous âges car l’instrument peut être d’un plus grand modèle. De plus, le tracé à peu près complet ayant été établi [VI.144.1b] il s’est révélé fiable au cours du temps sauf entre 11 et 14 ans et tout autant chez les Filles que chez les Garçons ; sa distribution n’est pas non plus très homogène mais sa mesure se justifie malgré tout dans son évolution.

 amst.f.14d.000-genou vol_1     amst.g.14d.000-genou vol_1

Il est donc assez satisfaisant qu’à partir d’un tracé du diamètre à peu près rectiligne, le « périmètre » fictif reconstitué apparaisse  mieux interprétable.

 

On ne peut actuellement plus guère hésiter

 la surveillance de ce périmètre ne l’emporte pas sur le contrôle de ce diamètre du genou mais il saura apaiser de vaines alarmes.

 

Toutefois, à titre de comparaison , le « cylindre » hypothétique que fournit le calcul du périmètre du genou s’inscrit en retrait de celui la cuisse en tant que muscle ; le périmètre de la cuisse demeure cependant sans repère constant.

 

Voici d’ailleurs quelques chiffres :

 p  d genou

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Diamètre du Genou est de 25 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 28 mm environ, soit une différence de 3 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 26 et 30 = 4 mm.

 

En calculant quelle pourrait être l’étendue de la circonférence virtuelle,

à 11 ans chez les Filles, la Médiane du Périmètre du Genou est de 79 mm,

en fin d’adolescence, elle est de 87 mm environ, soit une différence de 8 mm.

à 11 ans chez les Garçons, on relève des Médianes de 83 et 94 = 11 mm.

 

Si l’assurance que donne le repère osseux permet d’être mieux affirmatif,

il s’agira alors de la troisième rencontre susceptible d’être rassurante

ce qui est le fondement solide d’une pédiatrie sociétale et préventive.

En effet, n’oublions pas que l’édification d’une image corporelle adéquate

n’est plus une préoccupation d’adultes qui doivent s’accepter tels quels

et qui ont parfois oublié quelles avaient été leurs affres de mouvances.

Par ailleurs et dans la même perspective, il est de plus en plus urgent

de s’opposer au mercantilisme étranger ambiant qui déraisonne

jusqu’à ne plus même concevoir ce qu’est une harmonie évolutive.

 

Retour au menu

Page précédente - Chapitre V