La croissance tissulaire et l'évolution des plis cutanés


L'épaisseur du tissu cellulaire sous-cutané ne peut être appréciée cliniquement qu'en pinçant la région consi­dérée, sans saisir le muscle sous-jacent. Par définition, le pli ainsi constitué est double quant à l'épiderme et au derme, mais on peut admettre qu'il attire à lui la quasi totalité du dépôt graisseux du secteur.

Malgré celà, l'imprécision d'une telle mesure ne doit pas être aggravée d'erreurs supplémentaires que pourraient causer des appareils inadéquats : les résul­tats présentés ne sont valables que pour le modèle de "pince à pli cutané" utilisée.



Techniques de Mesure


138-01La pression exercée par l'instrument de mesure a une influence importante, non seulement sur l'épaisseur du pli cutané qui estmesuré, mais aussi sur la fidélité avec laquelle les mesures peuvent être répétées. En comparaison, l'influence de la surface de pression peut être négligée.

Il semble que la meilleure zone de pression avec laquelle on doit travailler se situe entre 9 et 20 g/mm2. Un changement de pression dans les limites de cette zone a une influence marquée sur l'épaisseur du pli cutané mesuré, de telle sorte que la mise au point d'instruments de mesure exerçant une pression constante ou presque constante pour toutes les ouvertures de leurs branches est un point de toute première importance. Les faces des instruments de mesure doivent être rectangulaires, aux dimensions de 6 x 15 mm (90 mm2), avec des bords et des angles bien arrondis.

138-02La pression exercée par ces surfaces ne doit pas varier de plus de 2 g/mm2 pour des ouvertures allant de 2 à 40 mm ; la lecture se fait au premier arrêt de l'aiguille.

L'échelle de l'instrument, facile à lire dans le cadran de lecture, est au 1/10 de millimètre et, tel qu'il se voit sur les photographies, cet appareil est une adaptation d'un instrument employé dans l'industrie pour mesurer l'épaisseur de morceaux de contre-plaqué, de métal ou de cuir.

Cette "pince" a été livrée dans le commerce sous le nom de "Holtain" Skinfold Caliper" après son perfectionnement en étroite collabora­tion avec l'Institut Universitaire de la Santé de l'Enfant à Londres. C'est là l'instrument nécessaire pour se servir des références obtenues.


138-03Les sièges des mesures seront soigneusement marqués, de préférence avec un crayon dermographique. On a remarqué, surtout chez le nourrisson, que les mesures pouvaient varier considéra­blement chez certains sujets si elles étaient prises par exemple à un centimètre du point choisi. Chez certains nourrissons, en effet, le tissu adipeux paraît être disposé irrégulièrement "en paquet".

La mesure se fait en quatre points choisis par convention du côté gauche. On saisit très fermement entre le pouce et l'index un bon pli de tissu sous-cutané qui est ensuite placé doucement entre les branches du compas appliqué, s'il le faut, à pleine pression. Les mesures sont exceptionnellement douloureuses et l'enfant proteste rarement malgré la force apparente du ressort utilisé. On peut lui pincer le doigt préalablement pour le rassurer.

  • 138-04le Pli Cutané Pré-Bicipital est choisi à mi-distance du bras ;
  • le Pli Cutané Rétro-Tricipital se trouvera à même hauteur ;
  • le Pli Cutané Sous-Scapulaire est pincé en un point situé immé­diatement en dessous et en dehors de la pointe de l'omoplate. Sa direction est inclinée d'environ 45° par rapport à la colonne ver­tébrale ;
  • le Pli Cutané Sus ou Supra-Iliaque est pincé en un point situé sur la ligne axillaire moyenne, en dessous de la dernière côte et au- dessus de la crête iliaque. La direction du pli forme un angle d'environ 45° avec la ligne axillaire moyenne.

 

Ces difficultés techniques ne sont pas très importantes :

  • Pour le Pli Pré-Bicipital, il n'y a généralement aucune gêne à pincer un tissu sous-cutané parfois fort mince ;
  • Pour le Pli Rétro-Tricipital, il est par contre malaisé d'être sûr de ne pas pincer aussi du muscle ;
  • Pour le Pli Sous-Scapulaire, la tendance est de se porter plutôt en dedans de la pointe de l'omoplate, d'autant que pour dégager son bras l'enfant porte toute son omoplate en dehors ;
  • Pour le Pli Supra-Iliaque, la confusion avec le Pli Latéro-Iliaque a été fréquente et pourtant il ne faut pas mesurer l'épaisseur du tissu cellulaire sous-cutané trop proche du pli de l'aine (et qui est généralement augmentée d'un volume de peau supplémentaire). La bonne mesure doit se faire plus haut, sans être non plus trop près de l'ombilic.


Analyse des résultats

Ils comportent une part d'indétermination inévitable.

Tableaux et courbes des Moyennes: (sexes séparés) Le tracé des courbes des seules moyennes des quatre plis cutanés fait bien ressortir le caractère groupé de l'évolution de trois d'entre eux et la totale indépendance du Pli Rétro-Tricipital qui, de plus, chez la Fille demeurera le double de celui du Garçon.

C'est d'ailleurs une constante que de retrouver toujours et en tout lieu une épaisseur moyenne plus élevée chez la Fille que chez le Garçon et ceci se perpétue chez le jeune adulte : ce fait se rencontre ici pour la première fois dans cette étude.

Enfin, dès 2 ans pour les plis du bras et peu avant 7 ans pour les deux autres chez la Fille, beaucoup plus tardivement chez le Garçon, s'amorce l'évolution qui aboutira à l'accumulation graisseuse lors de l'adoles­cence. Mais elle restera pratiquement étale chez la Fille, alors qu'elle tend à diminuer chez le Garçon.


Tableaux et courbes des médianes et percentiles 3,15, 25, 75, 85 et 97 (sexes séparés)

La confrontation des sexes n'était pas réalisable sur un seul schéma, mais elle est suffisamment claire au premier regard pour se passer de commentaires, de même que les modifications de la distribution par rapport aux courbes ci-dessus. On note ceci :

  • le Pli Pré-Bicipital modifie son évolution dès 9 mois chez les Garçons — vers 1 an chez les Filles
  • puis à 2 et 4 ans dans les deux sexes ; vers 7 ans, cela est moins net chez les Garçons, vers 11 ans chez les Filles, mais ces paliers existent ;
  • le Pli Rétro-Tricipital suit d'assez loin la même évolution, mais, là encore, c'est avant 11 ans que s'annonce la nouvelle charge graisseuse, culmi­nant lors de l'adolescence masculine, restant "ouverte" chez les filles ;
  • le Pli Cutané Sous-Scapulaire se rapproche dans son évolution du Pli Pré-Bicipital, en accentuant très nettement les trois périodes infantile, enfantine et adolescente, avec toujours la précocité féminine statique et dynamique ;
  • le Pli Supra-Iliaque évolue également de la même façon, avec cependant des variations de la limite supérieure probablement excessive et liée à l'é­chantillon.

Dans tous les cas, on relèvera aussi la grande constance des épaisseurs les plus faibles.


N.B. : Les résultats sont interrompus à 19 ans car, au-delà, l'échantillon n'était plus suffisant en nombre, puisque les particularités de cette mesure interdisent toute interpolation entre deux mesures et a fortiori la certitude d'une épaisseur définitive.

Page précédente - Page suivante

Retour au menu

141-01_1     140-01_1

 

143-01_1

 

145-01_1

Page précédente - Page suivante

Retour au menu

149-01_1        147-01_1 

 

153-01_1     151-01_1

 

161-01_1      155-01_1