Qu'est-ce que la corpulence par Michel Sempé

Définitions


Qu’est-ce que la CORPULENCE ?

 

Pr. Michel SEMPÉ
Ingénieurs conseils en informatique :
M. Olivier RAMPIGNON - M. Fernand KARAGIAANIS - M. Pierre-Jean SOURISSE

 

 

Le mot n’est pas aisé à définir et surtout à circonscrire.
Le recours aux dictionnaires s’avère indispensable, comme toujours, pour savoir de quoi l’on parle. 
La référence à une ou plusieurs mesures apparaît aussi le seul facteur discriminant.

 

Définitions 

Dans le Dictionnaire de la Langue Française de Paul- Émile Littré (1877), il est précisé : la grandeur et la grosseur de l’homme considérées ensemble, tandis qu’Ambroise Paré cité oppose : délicat et de petite corpulence à robuste et charnu et dense.

Dans le Nouveau Larousse Illustré (1898), inhabituellement, il n’y a pas plus de précision : ampleur plus ou moins considérable du corps humain.

 

 

Dans le sommaire de Pathologie Médicale Flammarion (1951),
dans celui du Manuel de Pathologie Chirurgicale Masson (1958),
dans celui de la Petite Encyclopédie Médicale de Jean Hamburger (1960),
dans le Dictionnaire des Termes Techniques de Médecine Maloine (1964),
dans le Dictionnaire de Médecine Flammarion (1975), le mot ne figure pas,
pas plus, ici à juste titre, dans le Précis de Pédiatrie (1996).
Il n’existe pas non plus dans Anthropologie ou étude des organes, fonctions et maladies de l’homme et de la femme de Antonin Bossu (1859), ni dans le Dictionnaire portatif de Santé (1759) !

 

 

Par contre, le mot est défini, si l’on peut dire, 
dans le Dictionnaire Français illustré des mots et des choses (1913) comme : grandeur et grosseur de taille
dans le Larousse de poche (1974) : grandeur et grosseur de la taille de l’homme ;
Il l’est de même dans le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue Française (Le Petit Robert (1974, 2009 & 2011) : ampleur du corps humain avec cette citation de J. Romains, de la corpulence sans véritable obésité et un renvoi à embonpoint ; ce dernier mot signifie : état d’un corps bien chair, un peu gras.
Le Petit Larousse 2003 ajoute : ampleur, volume du corps, conformation d’une personne forte, grosse, renvoyant encore à embonpoint  qui serait une surcharge de graisse ; l’état d’une personne un peu grosse, bien en chair. Les termes deviennent antinomiques.

 

 

On trouve certes d’autres mots dans le Dictionnaire Français des Synonymes :
adipose, adiposité, et leur antonyme maigreur,
embonpoint, empâtement, épaississement, grosseur, obésité, rondeur, …
mais aussi bedonnance, carrure, étoffe, force, robustesse, …
ou encore des qualificatifs : armoire à glace, balèze, baraqué, charpenté, costaud,
gonflé, malabar (indien de la côte de Malabar), maous,  trapu, ...

mais même dans d’autres dictionnaires d’autrefois, les mots d’alors ne sont guère plus instructifs.


 

Chez Nicot, Thresor de la langue française (1606) corpulence (Page 152) Corpulence, Corpulentia.
Dans le Dictionnaire de L'Académie française, 4ème Edition (1762) Corpulence. s.f. (Page 405)
Corpulence. s.f. La taille de l'homme considérée par rapport à sa grandeur & à sa grosseur. 
Grande corpulence. Grosse corpulence. Voilà une belle corpulence d'homme. Un homme de cette corpulence-là mange beaucoup. On dit aussi, Un homme de petite corpulence. 
Pour Jean-François Féraud : Dictionnaire critique de la langue française (Marseille, Mossy 1787-1788) Corpulence (Page A588b)Corpulence, s. f. [Korpulance. 3e lon. 4e e muet.]
Volume du corps de l'homme, grosseur, graisse.
"Grande, grosse corpulence. Voilà une belle corpulence d'homme: un homme de petite corpulence.
Dans le Dictionnaire de L'Académie française, 5ème  Edition (1798) Corpulence (Page 319)
Corpulence. s. f. La taille de l'homme considérée par rapport à sa grandeur et à sa grosseur. Grande corpulence. Grosse corpulence. Un homme de cette corpulence-là mange beaucoup. On dit aussi, Un homme de petite corpulence.
Dans le Dictionnaire de L'Académie française, 6ème Edition (1832-5) Corpulence E. s. f. (Page 1:415)
Corpulence. s. f. La taille de l'homme considérée par rapport à sa grandeur et à sa grosseur.
Grande corpulence. Grosse corpulence. Un homme de cette corpulence-là mange beaucoup. Un homme de petite corpulence.
Dans le Dictionnaire de L'Académie française, 8ème Edition (1932-5) Corpulence. (Page 1:304)
Corpulence n. f. Ampleur plus ou moins considérable du corps.
On rencontre peu d'hommes d'une telle corpulence. Cet homme est gêné par sa corpulence
Pour le Centre National de Ressources Textuelles et lexicales
Corpulence : Ampleur du corps; disproportion exagérée de la grosseur par rapport à la hauteur, à la taille. Un homme de forte corpulence.
La corpulence graisseuse a toujours pour principale cause une diète trop chargée d'éléments féculents et farineux (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 220)  
Dans le Dictionnaire Historique de la langue française. Le Robert (1992)
L’adjectif corpulent a gardé le sens du latin et éliminé l’ancien français corporu, …Il ne se dit plus que d’une personne avec une idée d’excès (1492) sauf par figure métaphorique.
Le nom correspondant de corpulence (avant 1350) … a le sens de « dimension, taille », puis le sens moderne de « grandeur et grosseur (du corps humain)». L’usage moderne a surtout retenu l’idée de grosseur, revenant à la valeur du latin classique.

 

Qu’il s’agisse d’ampleur, de grandeur, de grosseur, de disproportion et même de volume,

aucune de ces expressions ne fournit une définition qui soit numérisable.

 

1

 

Retour en haut de page

Page suivante

Retour au sommaire