Qu'est-ce que la corpulence par Michel Sempé

 

La Corpulence vue des deux diamètres

 

Il est bien évident que la Corpulence, telle qu'elle a été définie, n'a pas à se limiter à ces mesures. Il est tout aussi manifeste qu'elle n'a pas à être confondue avec toute autre donnée ne portant pas son nom. Il est encore plus certain que des bases indiscutables seules peuvent servir à son usage thérapeutique.

L'avantage indubitable des deux diamètres considérés est bien sûr leur objectivité.


  • le diamètre bi-acromial ou des épaules, l'acromion étant la terminaison externe de chacune des clavicules, de part et d'autre du sternum, il s'agit d'une mesure très mal assurée chez le nouveau-né et le jeune infant.

Les chiffres des références initiales des itinéraires et des accroissements ne sont que d'origines assez éparses.

A partir de 30 mois, l'allure des itinéraires est apparemment très banale, peu discriminée. 

amst.f.acromial itinraire_1     amst.g.acromial itinraire_1

Ce seront donc les accroissements de 12 mois en 12 mois qui seront révélateurs : 

amst.f.acromial  accroisement_1      amst.g.acromial  accroisement_1

dans certains cas la « défervescence » des 42 premiers mois aboutira à des gains négatifs ;

les clavicules ne pouvant rétrécir, c'est le pannicule adipeux supra-acromial qui tend provisoirement à se restreindre. Il en est un peu de même chez les filles en fin de septième année et chez les filles seulement lors de leur seconde adolescence. Par ailleurs, on voit que, chez les garçons, les gains perdurent plus élevés contribuant sans aucun doute à ce que l'on appelle leur carrure, leur largeur du dos d'une épaule à l'autre, sans pour autant qu'il s'agisse uniquement de corpulence, mais ne pouvant manquer d'y participer.

  • le diamètre bi-iliaque ou des hanches, les extrémités supérieures des deux ilions ou ailes iliaques définissant la largeur maximale du bassin osseux, il s'agit d'une mesure assez aisée qui échappe à des mouvements incoordonnés.

On s'étonne à peine que la Médiane masculine en fin de croissance des itinéraires soit un peu supérieure à la féminine. 

amst.f.bi-iliaque itinraire_1      amst.g.bi-iliaque itinraire_1


Par contre, des variations des accroissements se rencontrent chez elles durant la septième année et aussi pendant la quatorzième.

Chez les garçons, l'étalement des accroissements se prolonge un peu plus. 

amst.f.iliaque accroisement_1      amst.g.bi-iliaque accroisement_1


 

Anatomiquement très différentes, ces deux modalités de développement sont vouées à ne pas durer et les différences entre les deux genres sont d'ordre plus cinétique qu'instantané.


Cette sorte d'indépendance des mesures transversales par rapport aux mesures longitudinales ne peut que conforter dans l'idée que l'attraction terrestre n'est pas d'une grande utilité pour définir la Corpulence. De même les os longs, dans l'évolutivité de leurs cartilages d'accroissement, et les vertèbres par l'action conjuguée de leurs faces supérieures et inférieures, n'ont au niveau des diamètres que très peu d'effet d'accompagnement.

Ce ne sont pas les Médianes qui deviennent informatives, mais au contraire les cas extrêmes des distributions qui pourront, peut-être, devenir révélateurs de la construction d'une corpulence. Loin du poids et de ses coefficients, à l'écart d'indices, (sauf en ce qui concerne l’indice d’ampleur du Torse) que l'on imagine mal mais qu'il importe d'explorer, en demeurant intimement persuadé que la corpulence n'est pas une maladie et moins encore, s'il se peut, un critère d'un pronostic dont on ne sait quel il pourrait être, les mesures diamétriques n'ont pas livré tous leurs secrets.

 

5

 

Retour en haut de page

Page précédente     -     Page suivante

Retour au sommaire