Qu'est-ce que la corpulence par Michel Sempé

 

Des itinéraires aux accroissements des Épaules et des Hanches

 

En reprenant les images des itinéraires et des accroissements des deux diamètres disponibles pour mieux les comprendre, tant elles sont de type inhabituel, il faut être très systématique en fonction de leurs pentes et non de leurs instantanés. Les quatre tracés pour les filles et pour les garçons se trouvent dans le chapitre 5.



Le diamètre bi-acromial ou des épaules, est, comme il l’a été dit, une mesure très mal assurée chez le nouveau-né et le jeune infant. Au tout début de l’Étude Auxologique Française, cette distance mal définie à l’époque, faute d’instrument fiable d’ailleurs, manque de précision.


Par contre, le diamètre bi-acromial ou des hanches est beaucoup plus aisé.

Rappelons toutefois qu’une Médiane est beaucoup moins sensible aux petits nombres et aux erreurs de collecte qu’une moyenne.

L’allure générale retenue demeure plausible et à 3 ans (36 mois) la liaison est acceptable tant chez les Filles que chez les Garçons. La distribution des Itinéraires est très régulière et les cas extrêmes sont rares ; il en existe cependant qui seront repris dans l’exposition complète de « Mouvances ».

Les accroissements d’infance du diamètre bi-acromial mais aussi du diamètre bi-iliaque laissent perplexes.

Certes, le tracé des médianes est éloquent, avec des gains cumulés de plus en plus importants jusqu’à 12 mois où ils culminent, mais qui, en réalité vont en diminuant, ce à quoi il faut s’habituer :

     A l'exemple du Diamètre bi-iliaque voici quelques gain.
de la Naissance à 1 mois : 133 mm moins 126 mm (valeur estimée) = 7 mm chez la Fille ;
de 1 à 3 mois : 149 mm moins 133 mm = 16 mm, soit à peine le double en deux mois ;
de 3 à 6 mois : 164 mm moins 149 mm = 15 mm, soit déjà moins que lors du premier trimestre ;
de 6 à 9 mois : 174 mm moins 164 mm = 10 mm, soit à nouveau un léger infléchissement :
de 9 à 12 mois : 181 mm moins 174 mm = 7 mm, soit un total de 55 mm pour la première année.
Trimestriellement ensuite, les gains sont de 6 + 6 + 6 + 4 = 22 mm de 1 à 2 ans ;
Semestriellement, ils seront de 7 + 6 mm = 13 mm de 2 à 3 ans ; de 6 + 3 = 9 mm de 3 à 4 ans.
     Sans insister plus sur les chiffres, voici la même évolution chez le Garçon :
7 + 16 + 16 + 10 + 7 = 56 mm pour la première année.
6 + 6 + 5 + 5 = 22 mm de 1 à 2 ans ; 7 + 3 = 10 mm de 2 à 3 ans ; 5 + 5 = 10 mm de 3 à 4 ans.

Il est bon d’avertir le tout jeune garçonnet qu’il ne l’emporte en rien !


Durant l’enfance, les accroissements annuels sont extrêmement variables chez les unes comme chez les uns.
On peut certes évoquer des erreurs de mesure et il en est certainement pour expliquer des gains négatifs.
Peu avant 7 ans, il y aurait, dans certains cas, comme une affirmation de soi.
Aux approches de l’adolescence, certaines filles se « tiendraient mal », « se voûtant », à l’encontre d’autres dont les épaules s’élargissent avec leur morphotype ; quelques garçons auraient tendance à « s’avachir », s’affaisser. Alors que la plupart exprime un net effet de leur adolescence un peu décalée et prolongée dans la durée. Mais il faut faire très attention aux termes utilisés envers une adolescente ou un adolescent ; s’il va chercher dans le dictionnaire le mot « s’avachir », il trouvera « être déformé (par la graisse, etc.) ». Il ne faut, quelque fois, pas chercher plus loin les prémices d’une anorexie dite mentale. Pourtant les épaules ne sont pas un siège électif de l’adiposité.


  • Les itinéraires semestriel et trimestriel du diamètre bi-acromial chez les Filles et chez les Garçons de la Naissance à 231 mois (19  ans et 3 mois chronologiques) sont peu différenciés.
  •  

    amst.f.14a.000-acromial vol_1      amst.g.14a.000-acromial vol_1


    • Les itinéraires semestriel et trimestriel du diamètre bi-iliaque chez les Filles et chez les Garçons de la Naissance à 231 mois (19  ans et 3 mois chronologiques) sont tout aussi peu différenciés.


    amst.f.14b.000-iliaque vol_1      amst.g.14b.000-iliaque vol_1

     

    En définitive, les itinéraires semestriel et trimestriel des diamètres bi-acromial et bi-iliaque chez les Filles et chez les Garçons de la Naissance à 231 mois (19  ans et 3 mois chronologiques) sont peux différenciés.

     

    Toutefois, l’utilisation d’abscisses logarithmiques a le même effet délibéré d’élargir la représentation pendant les 4 premières années  (Cf. le livre : « La croissance humaine »). Il importe de bien se souvenir que chacune des distributions regroupe l’ensemble des sujets mesurés mais leur évolution n’est jamais à la même distance de la médiane. En conséquence, aucun de ces tracés n’a de valeur pronostique.

     

    6

     

    Retour en haut de page

    Page précédente     -      Page suivante

    Retour au sommaire